Depuis 2016, il est possible de contester les contrôles au faciès.